Dans les loges de la Scala 1778-1921
plan numérique

Sur cette page il est possible d’avoir accès à le plan numérique des propriétaires des loges de la Scala.

L’étude qui en a permis la rédaction, réalisée par le Théâtre de la Scala avec le Conservatoire G. Verdi de Milan et la Bibliothèque Nationale Braidense sous la direction de Franco Pulcini, reconstruit minutieusement cette histoire jusqu’en 1920, année où commença l’expropriation des loges suite à la constitution de «l’Entité Autonome », le théâtre autonome. La recherche a été effectuée par des étudiants du Conservatoire sélectionnés grâce à un appel de candidature pour une bourse de recherche, sous le contrôle scientifique de Pinuccia Carrer, Antonio Schilirò et Massimo Gentili Tedeschi pour la Bibliothèque Braidense. Le plan numérique est une reproduction graphique du théâtre (tous les dessins sont de Gianluca Biscalchin) où les 155 loges sont numérotées et sur lesquelles on peut cliquer. En cliquant sur chaque loge, on accède à une fiche historique et à la chronologie des propriétaires. Une fiche spécifique a été rédigé pour chacun des 1325 propriétaires de loges. Pour rendre plus lisibles ces transformations sociales, il est possible d’appliquer toute une série de filtres qui mettent en évidence les connotations sociales, de statut ou de genre de propriétaires (par exemple hommes ou femmes, nobles, musiciens, bienfaiteurs, ecclésiastiques, familles…) On obtient ainsi une image de la transformation sociale au sein du théâtre et de la ville pendant des décennies, en recoupant les filtres et la chronologie de l’histoire de la Scala, on peut obtenir un tableau des différents propriétaires par période ou année par année. Les approfondissements offrent quant à eux dix parcours qui complètent la carte avec des approfondissements historiques sur la naissance du théâtre, la décoration et le mobilier des loges, la pratique des jeux de hasard jusqu’à la constitution de l’entité autonome. Une page est consacrée à la présence féminine significative parmi les propriétaires ; l’approfondissement sur les invités des loges revêt également un intérêt particulier puisque de nombreux protagonistes de la vie culturelle milanaise, de Stendhal à Manzoni et à la comtesse Maffei, les fréquentaient assidûment même s’ils n’en possédaient pas.