Au cours de la Renaissance, on vit apparaître sur les places italiennes un genre destiné à révolutionner les divertissements des puissants et du peuple : la Commedia dell’Arte, qui tirait sa force de l’habileté physique des acteurs, de leur capacité à danser, à jouer et à chanter en même temps.

Les œuvres du graveur Jacques Callot nous font revivre cette atmosphère grotesque et irrévérencieuse. Dans la salle 2, vous pouvez admirer des reproductions de ses gravures, ainsi que des céramiques et des porcelaines représentant Arlequin et d’autres masques célèbres.