Si vous étiez, pour une raison étrange, catapulté dans un théâtre de la fin du XVIème siècle, vous vous trouveriez devant un spectacle très différent de celui d’aujourd’hui.

Les théâtres étaient construits en bois, éclairés avec des bougies et chauffés avec des brasiers ; à l’arrière de chaque loge, chaque famille noble avait un cuisinier prêt à satisfaire toutes les envies. Ce n’est donc pas un hasard si les théâtres prenaient souvent feu et les incendies étaient un problème bien connu. C’est ce qui arriva aux « ancêtres » du Théâtre alla Scala : d’abord au Salone Margherita, puis par deux fois au Regio Teatro Ducale. C’est alors que les propriétaires des loges, les grandes familles nobles de l’époque, décidèrent que Milan devait avoir son « grand théâtre », non plus réservé seulement aux nobles et à la cour mais aussi  à tous les citadins.

C’est ainsi qu’est né le Teatro Grande alla Scala, le 3 août 1778, sur l’emplacement de l’église délabrée de Santa Maria della Scala. Cette fois, enfin, construit en dur.